Back home

December 17th, 2008

Ce matin, levés une fois de plus à l’aube pour aller prendre notre avion de dix heures, le temps de retourner sur Bornéo en bateau  puis de faire un trajet de quelques heures en mini van vers  l’aéroport.

Le trajet se fera en silence, alors que le soleil se lève sur Mabul et qu’une légère bruime fait son apparition. Quelques pêcheurs sont déjà en mer tandis que nous arrivons dans le port de Semporna, en fait, nous repartirons en taxi à travers les palmeraies en direction de l’aéroport de Tawau.

soleil pecheurs img_3031 habitation palmeraie

Nous abandonnons désormais la vie nature pour la vie urbaine, désormais l’activité intellectuelle sera intense jusqu’aux examens finaux du semestre dans quelques semaines …

Les îles du Paradis

December 17th, 2008

Départ très spécial, pour une journée très spéciale, sur des plages très… spéciales !
Pas trop réveillé, mais très excité, je me retrouve à l’arrière du bateau en direction du Paradis selon les dires de « Big John ».

bouteilles reveil boat island

En avant pour deux heures de bateau, pendant lesquelles nous passerons devant plusieurs îles magnifiques en demandant à chaque fois si nous sommes arrivés ?

Mais l’arrivée sur l’île dite paradisiaque, se fera sans l’ombre d’un doute…
A quelques mètres de nous dans une eau turquoise suivie d’une plage de fin sable blanc puis d’une végétation luxuriante se trouve l’ile de Mataking… ou « le paradis sur terre » (citation de moi).

img_0806 bois

beach

L’endroit semble sortir tout droit d’un rêve, le soleil tape déjà fort et ne nous laissera pas de répit pour éviter les coups de soleil … mais qu’à cela ne tienne, nous n’y ferons même plus attention.

Un petit « resort » se trouve sur l’île (réservé en général pour les voyages de noces, vide en cette période de mousson)…

resort

Me voilà donc sur une des plus belles plages que j’ai pu voir de toute ma vie… je me trouve un petit coin sous un arbre avant de me diriger dans cette eau transparente ; ici aussi d’innombrables poissons plus magnifiques les uns que les autres avec des « scalaires » de la taille d’une main voir plus et des poissons clown dans une anémone violette somptueuse, mais le comble sera une tortue de mer nageant à quelques mètres de moi éclairée par les rayons de soleil qui traverse l’eau, une vision de rêve devenue réalité.

Petite sortie pour marcher le long de la plage jusqu’au bout de l’île où la nature a repris le dessus sur le sable et l’eau, tout en cramant sous un soleil étincelant.

roots flower corail rock

Retour à l’eau, histoire d’observer la faune et la flore sous marine de nouveau et pour la seconde fois mais un peu plus loin en mer,  je vais suivre une tortue cette fois plus grosse nageant à une allure assez lente mais suffisamment rapide pour la voir s’éloigner de moi dans le bleu profond de la mer.

sea

Alors que notre rêve s’achève,  nous remontons dans le bateau avec de merveilleuses images  en tête ; nous partons en direction d’une seconde île pour déjeuner poisson, riz, et sauce délicieuse, préparés sur un barbecue de fortune à l’aide de palmes séchées et de bois flottés trouvés sur la plage…

cabanne barbecue

Ici aussi l’île de  Siamil  est resplendissante avec les fameux et splendides palmiers qui se couchent dans la mer, et une vegetation plus luxuriante que sur l’île de Mataking, ici la jungle a pris le dessus.

palmier

Nous discuterons la fin de l’après-midi sur la plage pendant que les plongeurs feront un dernier tour dans l’eau.

plage palmiers 2 palmier 3 foret

arbre

Hélas nous n’aurons pas le temps de faire d’initiation à la plongée mais nous en profiterons à notre arrivée pour aller marcher et découvrir un peu plus l’île de Mabul (île aux enfants serait un nom plus approprié à raison d’environ six enfants par famille).

maison

pecheur boat famille ile

Demain nous repartons et quittons ces paysages fabuleux pour un retour sur Hong Kong.
Cependant auparavant je donnerai quelques cours de photographie à notre chaleureux résident qui nous a accueilli plus qu’agréablement.

Masque & Tuba

December 16th, 2008

Réveil matinal, pour notre premier plongeon dans cette eau magnifique. Mais avant tout essai du masque, du tuba ainsi que des palmes.

Sélection faite nous allons nous installer dans un vrai bateau…

Direction l’île de Kapalai, enfin par île j’entends un banc de sable sur lequel a été installé un resort sur pilotis plutôt paradisiaque…

On nous lâche donc ici masque et tuba en place dans une eau d’un bleu translucide avec des poissons partout autour de nous, des gros des petits, des jaunes, des bleus, des verts, des mouchetés des rayés, j’en passe, mais le nombre de poisson vue à quelques mètres du corail est impressionnant.

Alors que nous finissons notre première plongée, nous faisons une pause sur le ponton du resort l’endroit est splendide…

Nous repartons sur le bateau récupérer les plongeurs avec bouteilles qui n’étaient pas très loin de nous mais assurément plus profond. Nous partons en direction de l’ile de Mabul mais cette fois plus dans les eaux profondes ou nous plongerons le long d’une falaise sous marine, ici aussi poissons extraordinaires et mes premiers poissons clown dans une anémone turquoise, les couleurs sont resplendissantes.

En sortant nous apercevrons une tortue de mer à la surface de l’eau tandis qu’une pluie fine commence à tomber lorsque nous rentrons déjeuner.

Une dernière plongée au bout d’une plage de l’île de Mabul se fera l’après-midi avant de repartir, nous permettant de finir la journée en bullant sur la plage devant un magnifique coucher de soleil.

Dîner et discussions termineront la soirée en compagnie de deux guitaristes et chanteurs.

Demain programme spécial, nous partons tôt, sur une autre île à deux heures de bateau où l’on nous promet plages désertiques et barbecue, voir initiation à la plongée.

Ravi, je vais me coucher rêvant de pouvoir faire des photos sous marines…

Transports

December 14th, 2008

Aujourd’hui, journée transport : bateau, voiture, bus, pick-up, bateau.

Comme prévu, réveil à l’aube après quelques heures de sommeil, la douche au tuyau d’arrosage à l’air libre ne me dit pas grand-chose et le retard pour le départ ne fera que confirmer que je ne prendrai pas de douche ce matin !

Nous voilà de nouveau embarqués mais selon une configuration différente de celle d’hier (surement pour améliorer l’aérodynamisme de notre barque à moteur). Nous passerons quelques heures de plus à observer le réveil des oiseaux et des singes sur un autre bras de la rivière avant de prendre un petit déjeuner rapide et repartir dans notre mini van direction l’arrêt de bus pour Semporna et les îles magnifiques.

Timing parfait, nous attendrons seulement quelques minutes avant de prendre le fameux bus aux places plus qu’étroites sauf pour moi qui me retrouve au fond du bus sur un siège au coussin qui glisse avec la vitesse du bus(!) , je passerai quatre heures à essayer de tenir dessus … mais j’aurai la chance d’avoir de l’espace pour mes jambes.

Sur la route, le bus s’arrête, à priori pause de trente minutes pour le déjeuner (enfin de ce que nous comprenons) nous en profitons pour nous dégourdir les jambes et acheter un peu d’eau, dans ce lieu-dit plutôt étrange.

Plus que deux heures de bus avant l’arrivée…

Enfin nous voilà à Semporna, enfin ce que nous supposons quand tout le monde descend sauf les quelques blancs qui hésitent… dont nous.

Mais nous y sommes bien,  à la sortie nous avons le plaisir de voir une jeune femme qui nous attend avec un panneau « Big John Suba Diving » où nous avons réservé. Toujours dans le doute quant aux prix et  au programme nous posons de nombreuses questions avant de partir avec elle à l’arrière du pick-up cheveux au vent,  en direction du port et de leur petite infrastructure sur Bornéo.

Après maintes questions et hésitations nous acceptons en attendant de pouvoir discuter avec le patron sur l’île de Bornéo.

Leur bateau puissant, nous fait quitter le port rapidement pour nous amener sur la mer des Célèbes  avec des habitations de chaque côté, puis des montagnes au loin,  puis plus rien quelques cabanes de pêcheurs au milieu de rien ou plutôt de l’eau.

Au loin nous apercevons des points noirs surement les îles.

Puis petit à petit nous nous rapprochons et voila enfin l’île paradisiaques Mabul où nous vivrons pour les trois prochaines nuits avant de repartir dans notre grande ville.

Nous y sommes, premier pied sur le ponton et pas besoin d’aller plus loin nos chambres sont là, sur pilotis au dessus de l’eau et de son calme clapotis sur les poteaux an bois.

Informés et rassurés sur notre programme de rêve pour ces deux derniers jours, nous partons en direction de la plage et des palmiers. Le soleil couché nous nous décidons à rentrer pour manger et discuter jusque tard dans la nuit sous une lune et des étoiles étincelantes …

En partance pour l’embarquement…

December 8th, 2008

Réveil tardif malgré le fabuleux chant du coq à l’aube, je repars sac sur le dos en direction du point de rendez-vous dans trente minutes, cependant une heure plus tard rien nous sommes toujours là à attendre bras ballants notre chauffeur ; le doute est dorénavant bien installé sur la continuité de notre voyage, c’est alors qu’ un coup de téléphone nous informe que notre chauffeur est bel et bien parti avec du retard… Et voici deux heures après le rendez-vous prévu qu’un chauffeur ne parlant pas un mot d’anglais nous accueille dans son mini van.

Départ sur la route en direction de la Kinabatagan rivière dans un petit Lodge, avec programme et repas intégré.

Deux heures de routes où nous longerons les palmeraies à perte de vue le long des routes, la déforestation est à son apogée dans ce pays au profit de l’huile de palme pourtant si controversée…

Après la route en bitume voici la route en terre, puis un petit chemin, et la traversée des ruisseaux, où sommes-nous, nous n’en avons pas la moindre idée, perdus loin dans une forêt hostile avec un chauffeur qui ne parle pas anglais. Qui a dit vous êtes perdus ?!

Enfin le chauffeur s’arrête face à un pont aux allures douteuses, deux hommes nous rejoignent alors l’arrêt semble être ici, il n’y a rien sinon un petit village d’une dizaine d’habitants maximum, nous sommes bien : près de la rivière !

Une crise de rire ou peut-être de doute, que faisons-nous ici au milieu de nulle part avec personne ne parlant anglais ?

Cependant mes affaires sur le dos je traverse le fameux pont  en suivant les deux guides quand tout à coup j’aperçois deux petits Lodge et quelques personnes qui nous attendent et nous accueillent sourire aux lèvres en nous disant bonjour.

Nous sommes donc bien arrivés,  posons nos affaires et faisons attention à ne pas ouvrir les fenêtres risque de vol si nous le faisons …  par qui ? Il n’y a personne ici…

…Les singes évidement…

Enfin notre programme se profile, départ dans quinze minutes pour passer quatre heures sur cette fameuse rivière qui regorge d’animaux, singes, et oiseaux principalement. Puis trek de nuit dans la forêt observer les animaux qui dorment.

Bon programme en perspective, nous voila ainsi sur un bateau avec deux anglais de passage qui font le tour de l’Asie.

Le pilote nous place pour équilibrer le bateau qui est au raz de l’eau ce qui a la particularité de nous inquiéter ; quelques minutes après le départ ce même chauffeur me demande de monter à l’arrière sur une planche qu’il installe à côté de lui, « ne pas tomber, ne pas tomber » je me retrouve donc à coté du pilote (non je ne suis pas tombé) sur ma planche en bois surélevée à prendre des photos.

Première rencontre avec des macaques, puis de petits oiseaux qui tournent autour du bateau et enfin les premier singes nasiques, des arbres magnifiques ainsi que des oiseaux surprenants.

Le retour se fera de nuit avec un changement de bateau en pleine rivière pour alléger notre bateau car selon notre guide « on se traîne » (trop de poids).

Enfin nous arrivons, mangeons un peu de riz … pour garder nos habitudes et partons nous préparer avec nos bottes et nos vestes pour éviter les sangsues !

En avant pour la jungle avec nos torches à observer des oiseaux au détour d’arbres, des sauterelles énormes ainsi que de splendides grenouilles.

Maintenant c’est l’heure de dormir à l’abri sous nos moustiquaires demain lever à l’aube six heures pour voir l’éveil de la rivière.