Découvrons les montagnes…

February 26th, 2009

Quand tout d’un coup la musique indienne résonne de nouveau toujours à fond ou suffisamment pour me faire sursauter au réveil…

Le soleil se lève tout juste alors que notre train arrive en gare, à peine sorti la différence de température se fait sentir(très fraîche), le temps de rentrer dans un minibus en direction du village de Sapa encore une petite heure avant d’arriver.

On nous dépose dans un hôtel, nous prenons notre petit déjeuner avant de partir faire une petite ballade pédestre avec une guide locale, accompagnés d’adolescents appartenant à diverses minorités, ceux-ci plutôt curieux nous poserons de nombreuses questions dans un Anglais parfait, et même parfois quelques mots de Français.

women

Nous descendons donc doucement mais surement voir un village traditionnel et notamment la fabrication des couleurs pour leurs vêtements, la couture de ceux-ci, mais aussi le système hydraulique sommaire (consistant à faire passer l’eau au travers des bambous) ainsi que les outils et récoltes des fermiers.

couture mais water child

Le paysage est splendide sur chaque flanc de montagnes de nombreuses rizières ont été réalisées ce qui donne au lieu une impression surréaliste, bien que celles-ci ne soit pas vertes comme ce à quoi nous nous attendions (en effet nous ne sommes pas à la bonne période).

horse scooter riziere rizieres

riziere

Finalement arrivés tout en bas de notre montagne une rivière se profile avec une jolie petite cascade sur le côté, l’endroit me plonge directement dans les films de la Shaw Brother et leur décor de Chine traditionnelle, forêt de bambous, rivières, montagnes et petits villages…

river fall

Et comme nous l’appréhendions après la descente nous reste la remontée, de quoi nous donner faim pour le repas de midi.

Cependant notre guide nous fera couper droit à travers la montagne à certains endroits pour gagner du temps, et nous faire passer pour des aventuriers.

brin

Le repas se fera à l’hôtel composé de bœuf sauce au poivre noir, de riz ainsi que quelques nems en entrée.

Nous sommes maintenant libres de visiter cette petite ville de Sapa et son traditionnel marché ou se rencontre l’ensemble des minorités, Hmong ou Miao différencié par la couleur de leurs vetement ce qui nous donne Hmong noirs, rouges, blanc, verts, ainsi que les Dzao.

marche vegetables

Nous en profitons pour faire quelques achats d’artisanat traditionnel tout en faisant le tour du village avant de rentrer à la tombée du soleil dans le froid.

femme hmong

artisanat panier femmes epicerie

Après avoir dîné, nous discutons avec quelques Français qui comme nous restent deux jours ici, sauf qu’ils voyagent pendant six mois en Asie (vous pouvez retrouvez leur blog ici
).

C’est toujours avec plaisir que nous retrouvons des Français à l’autre bout du monde, ils nous racontent qu’en quelques années l’endroit s’est vraiment ouvert aux touristes entraînant une modification du comportement des gens d’ici…

Par-ailleurs nous le ressentirons  tout au long de notre voyage.

Demain nous allons visiter un autre village et traverser les rizières.

La fameuse baie d’Along

February 23rd, 2009

Ca y est nous y allons, depuis le temps que j’en entends parler, que je lis des guides, que je vois des photos… cette fameuse baie d’Along, en même temps je me pose quelques questions, n’en fait-on pas trop ?

Est-ce réellement si fabuleux… Enfin plus que quelques heures avant de pouvoir me faire ma propre opinion.

Dans le minibus de bon matin avec d’autres touristes nous arrivons après cinq heures de trajet. Nous attendons quelques minutes notre bateau en faisant de nombreuses rencontres de Français.

En effet le nombre de touristes francophones dans ce pays est incroyablement élevé où que vous alliez vous en rencontrez. « Les touristes …» probablement une des raisons qui explique le prix des billets d’avions si élevé pour ce pays…

Enfin qu’importe, nous apercevons au loin les premières tours karstiques et cela m’enchante déjà.

Nous embarquons à bord d’un bateau en direction de ce paysage marin hors du commun, une bonne heure de bateau plus tard nous y sommes face à ces géants de pierre qui se dressent à des dizaines de mètres au dessus de l’eau de cette extravagante baie.

Along

D’après la légende, la baie s’est formée quand un dragon a plongé dans la mer en la fouettant de sa queue avec frénésie, morcelant la région en un vaste archipel (Halong signifie d’ailleurs « dragon descendant »)

noeud along2 along3 boat

Plus scientifiquement au cours des cinq cents derniers millions d’années, la pluie et l’océan ont érodé le paysage et on fait naître  une série de tours, ou fenglin. En même temps, le va-et-vient des marées a entaillé leur base karstique, donnant à ces expressions primitives une apparence chancelante.

entrance

Nous entrons désormais entre ces gigantesques rochers et partout autour de nous ces tours se présentent  avec des formes différentes. Le grand jeu ici est d’ailleurs de deviner de quel animal cela se rapproche le plus (les guides  sont très doués à ce jeu là, pas comme nous…).

along4 pic pointu along5

fruits

Petite pause pour manger sur le bateau arrimé à une petite ferme piscicole.

ferme child rocher

Après, nous faisons un petit tour, un second arrêt avant de visiter une des nombreuses grottes, la Hang Sung Sot qui semble être une des plus aménagée.

along6 along7 vente pic2

commerce

Et déjà nous repartons après seulement quelques heures… J’aurais voulu pouvoir rester plus longtemps et m’enfoncer dans ce dédale de pics qui s’étendent au loin.

hawk

Along8 alongboat grotte1 grotte2

Conclusion : cet endroit est réellement sublime et une journée (ou plutôt une demi-journée) est juste suffisante pour se donner envie d’y rester plus longtemps vu la beauté des lieux.

panoramique-along-2petit

Cependant le temps nous manque déjà… alors que nous commençons à peine notre voyage, il y a tellement de choses à faire dans ce pays…

De nouveau, nous prenons le mini-bus direction Hanoi et sa gare pour prendre le train de nuit, direction Sapa ou le nord et les montagnes.

Nous arrivons juste pour le départ à la gare avec quelques autres touristes. La gare est bondée, on nous donne nos tickets, nous n’avons même pas cinq minutes, juste suffisamment pour acheter de quoi manger un bout dans le train, et hop on nous embarque dans un vieux train ou la musique indienne résonne à fond dans le couloir. Cabine trouvée, nous sommes avec un couple de jeunes canadiens du même âge que nous chacun sur nos lits étroits, et soixante centimètres pour se tenir assis (penché..).

Enfin nous sommes là pour dormir,  demain nous serons dans ces belles montagnes et rizières.

Le vieux centre historique…

February 21st, 2009

Réveil tardif après une bonne nuit malgré les travaux dans l’immeuble le matin, nous sortons marcher un peu dans la ville après avoir demandé au responsable de l’hostel où nous pouvions manger des nems … après tout, nous sommes dans le pays, et ce  ne devrait pas être les derniers …

street

Arrivés dans la rue indiquée nous la traversons deux fois avant de trouver le restaurant (restaurant.. si l’on peut dire) caché derrière de nombreux scooters garés sur la rue, la cuisine ou plutôt la friture cuisinée sur le trottoir ainsi qu’une grande table avec de nombreuses personnes.

table cuisine

Nous nous approchons doucement, ne savons pas trop comment nous y prendre, alors une femme nous dit de nous asseoir sur le petit tabouret de dinette le long du mur … mais il n’y a pas de place lui disons-nous, alors elle commence à pousser les gens, à sortir un second tabouret et nous fait ainsi une petite place, nous allons nous asseoir sans broncher, autour, comme en face de nous, les gens mangent sans faire attention à nous, mais toujours pas de carte qui n’arrivera d’ailleurs jamais… Une femme assise à coté qui parle anglais, nous demande ce que nous voulons, nous répondons des nems elle nous dit « non, non ici le restaurant est spécialisé en « buncha », vous pouvez prendre des nems mais prenez ce plat aussi. » Nous  prenons donc commande…

Cinq minutes plus tard de gros nems arrivent avec de la salade posée au milieu de la table pour tout le monde tout comme la menthe, suivi de près arrive un bol rempli de soupe,  de pâtes et de viande : le buncha. Nous observons comment manger tout ça en regardant les gens autour de nous qui eux aussi nous regardent parfois et rigolent. Mais nous nous en sortons très bien et mangeons jusqu’à plus faim comme rarement cela nous est arrivé, à  peine quelques « Dongs » pour ce délicieux repas, et nous repartons faire notre visite.

Commençons par la rue Hang Ngang, pour voir la résidence de Hô Chi Minh puis arrivons au grand marché central où il semble que cela soit l’heure de la pause pour de nombreuses personnes.

pese

hangngang transport

Puis nous continuons dans les petites rues,  nous perdant et nous retrouvant avant d’arriver devant la porte Quan Chuong.

haché

vente cage jeux cyclo

food

Autour se trouve le temple Bach Ma puis une petite maison traditionnelle à deux étages que nous visitons.

porte temple maison toit

Enfin nous arrivons au centre près du lac Hoan Kiem et de ses très jolis pavillons, qui se trouve en son centre après le petit pont rouge vif The Huc.

lac pont temple

Nous faisons le tour du lac avant de nous diriger vers un autre temple près de la cathédrale Française Saint Joseph, nous ratons de peu un office dans un temple ou se trouve uniquement des femmes.

temple

templeout cathedrale temple2 doorcj

door

Enfin l’heure approche d’aller à l’aéroport où nous devons récupérer une amie, il faut que nous rentrions à notre hostel où nous attend un des taxis de celui-ci.

Nous optons pour notre premier cyclo-pousse qui ne comprend pas bien où nous souhaitons aller mais finit par nous y amener après nombreuses explications.

pollution

Nous partons donc en voiture à travers les scooters, nous mettrons une heure avant d’arriver à l’aéroport, nous verrons même l’avion de notre amie atterrir.

panne

Quelques minutes plus tard nous l’embarquons avec nous et rentrons à l’hostel avant de repartir marcher dans cette incroyable ville, découvrir un quartier plus chic plus colonisé et rentrons en passant manger dans un petit restaurant où je mangerai du poulet aux noix de cajou (typiquement Vietnamien) avec une bière … la première d’une longue série, car je gouterai toutes celles produites au Vietnam durant mon voyage.

quartier fr

lake

Nous rentrons, extenués après avoir visité quelques marchés de nuit, demain nous partons sur la baie d’Along, et ne nous reposerons plus avant pas mal de jours…

Xin chào Viêt Nam

February 19th, 2009

Réveil dans une ville… la ville, nous voici à Nanning après ces longues heures de bus que je n’ai pas vu passer, enfin le sommeil a été court mais suffisant.

Traversée de la ville, une ville en construction, où se mélangent à la fois grands boulevards, beaux buildings, avenues luxueuses et belles voitures au centre ; petites maisons et commerces, vélos et moto-taxi en bordure de la ville.

Enfin nous nous arrêtons dans une sorte de gare routière aux allures abandonnées, mais les chauffeurs nous disent (ou plutôt nous font comprendre de les suivre) alors que le bus s’est vidé en un rien de temps.

Direction l’accueil de la gare routière qui nous informe que le bus pour Hanoï part dans vingt minutes timing parfait le temps de retirer quelques yuans et de payer notre dû de quinze euros ou cent cinquante yuans.

On attrape quelque chose à grignoter, en effet la faim commence à se faire sentir alors que notre dernier repas remonte à vingt heures maintenant …

Et nous voilà repartis dans un bus normal cette fois-ci. Après seulement une petite heure de bus dans les campagnes chinoises aux paysages splendides nous nous arrêtons non loin de plusieurs bâtiments, des petites voitures de golf attendent et alors que nous sortons on nous dit de mettre nos sacs dedans et de partir avec eux. D’après ce que je comprends nous sommes à la frontière et le bus de peut pas traverser celle-ci, je ne sais pas trop comment nous allons continuer notre route mais cela semble organisé et la plupart des Chinois et Vietnamiens présents semblent savoir ce qu’ils font, je monte donc dans une voiturette que le chauffeur conduit avec tact, nous passons les premières barrières et nous arrêtons devant le premier bâtiment, deux entrées ou une entrée une sortie, nous entrons sans trop savoir où nous diriger, la plupart des personnes présentes auparavant ne sont pas encore arrivées ou sont déjà parties (ou en tout cas invisibles) nous tournons un peu avant d’apercevoir l’escalier au fond de la pièce qui descend vers les petites cases des douaniers, comme d’habitude la frontière chinoise et toujours aussi stricte avec un gardien,  matraque à la main qui place les gens qui se seraient trompés de file de manière plutôt autoritaire et me tape le sac pour me dire de me mettre plus droit dans la file (enfin je suppose…).

voiturette

voiturette 2

Formalités passées, après plusieurs observations du douanier je sors repose mon sac dans une voiturette et repars une fois celle-ci pleine quelques mètres plus loin et tandis que le soleil se lève nouvel arrêt devant une petite porte, les gens semblent se presser dedans, nous faisons donc de même quelle n’est pas notre surprise à la vue de ce lieu si étrange, de nombreuses personnes s’agglutinent sur une vitre à notre gauche derrière laquelle se trouvent trois gardiens ou autres … de l’autre côté, des bancs, des gens avec des sacs de des cartons.

Sans savoir trop quoi faire et tandis que nombre de personnes nous poussent pour traverser ce long couloir nous continuons alors qu’on se fait arrêter et que l’on nous demande de remplir des papiers et de revenir les donner à l’entrée avec notre passeport (c’est alors que je comprends nous sommes à la douane Vietnamienne, une sorte de grand « bordel » assez surprenant après la vision de l’organisation Chinoise.

attendre

Nous remplissons nos papiers et les amenons aux douaniers qui ne lèvent jamais la tête, un peu effrayés d’abandonner nos passeports sur le comptoir avec les autres, l’homme à côté de moi nous regarde et nous attrape nos passeport les pousse avec le sien à l’intérieur de la cabine, me regarde et me dit dans un anglais avec un fort accent « the only way » et il semble avoir raison nous surveillons sans nous éloigner alors qu’un des gardien se lève et sort sur la porte de droite avec un pile de passeports pour la plupart verts. Et tout d’un coup il commence à crier les noms sur les passeports les uns après les autres alors que les gens lèvent la main pour les récupérer.

Voici donc comment cela fonctionne quelques minutes plus tard le même douanier essaie d’appeler mon nom et celui de mon amie avec la plus grande difficulté, nous voici en règle et autorisés à traverser le couloir jusqu’à la sortie !

D’ici un nouveau bus attend et les belles routes bitumées commencent à laisser place à de vieilles routes en construction ou en réparation ou simplement abandonnées…

Encore quelques heures et nous voici à Hanoï capitale du Vietnam, un sorte de gros village où un nombre incalculable de deux roues sont présents (quand je dis incalculable, ce n’est pas un superlatif pris au hasard…) ici pas de règle de conduite, pas de feux, rien hormis le klaxon cependant cela fonctionne…

rules

Après avoir trouvé un petit hostel nous partons nous balader quelques heures dans la ville et dans le bruit des klaxons des scooters (bruit qui nous suivra jusqu’à la fin de ce voyage), nous n’osons même pas traverser les rues tellement cela nous parait invraisemblable et dangereux (oui ne cherchez pas les passages pour piétons dans la vieille ville…)

road

scooters

Nous rechercherons un restaurant du guide un moment, avant de comprendre que celui-ci a disparu et nous nous rabattrons sur un restaurant vide et sale mais plutôt marrant, premier pain depuis longtemps et pour la suite du voyage (la France a été présente ici il y a longtemps et ça se sent).

nightleft night right

Maintenant une bonne nuit, une vraie nuit dans un lit et demain visite de la vieille ville puis nous irons chercher notre amie à l’aéroport à la fin de l’après midi.

Le grand départ

February 17th, 2009

Nous y voilà les vacances de fin d’année, oui Noël n’est pas aussi primordial que chez nous ici…

Mais nous avons quand même trois semaines dont une gagnée sur notre emploi du temps d’examens, la chance est de notre côté, plutôt bon signe pour la suite de ce voyage.

Visa en poche ainsi qu’une Entrée vers la Chine, pour nous permettre (après avoir glané des informations grâce à quelques contacts baroudeurs) de partir à moindre frais en bus vers le Vietnam.

bus

D’accord c’est vingt deux heures de bus mais après tout nous avons le temps et c’est pratiquement trois fois moins cher que par avion, seul moyen de partir vers le Vietnam depuis notre île (ce qui est incroyable c’est que le pays le plus proche de Hong Kong après la Chine soit aussi cher du point de vue du transport aérien…) Je comprendrai plus tard pourquoi…

Enfin nous y voilà,  dix neuf heures en ce dix sept décembre à attendre notre premier bus à Wanchai en direction de la frontière Chinoise tandis que la foule se dissipe… Nous sommes les seuls blancs et surement les seuls qui parlons anglais, enfin après tout c’est l’aventure, j’ai décidé de partir sans trop prévoir ce voyage, j’ai largement le temps de voir venir et d’analyser comment cela se passe donc je ne me fais pas trop de soucis, j’ai au moins une idée de la carte du pays…

foule

Ah oui, au départ j’étais bien censé partir seul, mais une amie m’a rejoint qui sera elle-même rejointe par une amie à Hanoi en provenance de France (nous serons donc trois la plupart du temps).

Alors que nous arrivons à la frontière nous sortons du bus avec nos tickets pour le bus suivant et sans trop savoir suivons la foule (j’ai toujours aimé faire le mouton … ) il fait nuit, le passage de la  frontière est (comme partout en Chine) relativement directif ; des gardiens nous font mettre en rang puis nous passons la douane et ensuite nous voilà un peu perdus, de nombreux bus attendent, mais il semblerait après communication avec les mains et tickets que nous reprenions le même bus, un peu perplexe je décide de faire ce qu’on me dit !

Nouvel arrêt du bus quelques minutes plus tard, cette fois ci nous sommes dans une gare routière en Chine et pour de bon, il est clair que plus personne ne parle un mot d’Anglais.

Nous supposons qu’il faut rester avec une partie majoritaire de notre bus qui s’installe et attend un bus, d’après notre ticket et ce qu’on nous indique c’est bien ça.

Cependant alors que nous attendons sagement un homme fait un appel en Chinois « Nanningla, Nanningla ! » alors tout le monde se met en route, nous suivons la marche sous les appels constants de l’homme en bleu.

Apres avoir passé quelques escaliers, nous nous retrouvons pratiquement dans le noir, un lampadaire plutôt faible émet une petite lumière digne d’un film d’Hitchcock où les lampadaires et leurs ombres ont leur pesant d’importance …

Quand tout à coup un bus arrive, nous déposons nos sacs, enlevons nos chaussures sous les directives du chauffeur et marchons sur du parquet deux allées dans le bus avec trois rangées en longueur où se trouvent des petit lits de soixante centimètres de large sur un mètre soixante-dix de long le tout sur deux étages (plutôt surprenant…) , place assignée je m’installe sur le lit du haut et me voilà parti pour 17h de bus avec un film en Mandarin sous-titré …  en Mandarin !

bus

Bonne nuit demain je serai toujours en Chine mais plus qu’à quelques kilomètres du Vietnam et de sa capitale Hanoï.