Welcome Beijing

October 7th, 2008

Beijing, capitale de la République Populaire de Chine, ville ou tout se croise et s’entrecroise, modernité, archaïsme, vélos, voitures de luxe, buildings, quartiers populaires, palaces, stades olympiques.

Parti de Hong Kong à dix-sept heures, une heure de train pour arriver à Shenzen premier pas en Chine, plus aucun repère de langage (l’anglais est définitivement oublié en quelques mètres).

Puis direction gare routière ou j’arrive enfin après avoir traversé une horde de chauffeurs de taxi en manque de clients qui me hèlent,  me poussent, me disent qu’ils sont chacun moins cher les uns que les autres. Je me dirige vers une petite femme ultra active qui agite son bras en l’air en demandant vingt yuans pour le minibus en direction de l’aéroport.

Alors que mon billet n’est pas encore sorti j’ai déjà mon ticket dans la main et le billet est parti avec elle derrière moi pour chercher d’autres clients …

Encore dix minutes d’attente … Nous allons être en retard mais qu’importe l’ambiance est déjà là.

Sur la gauche une vieille femme me double et crie à son mari de la rejoindre, les règles d’attente ici sont inexistantes de plus je suis blanc, tout comme les autres du groupe…

Le minibus arrive klaxon, marche arrière, klaxon, les gens poussent à qui rentrera le premier, me voilà à l’intérieur, alors que tout le monde est assis des gens entrent encore il reste des places dans le couloir, des strapontins apparaissent sur les côtés, plus personne ne peut bouger maintenant, tout le monde est assis et c’est parti pour une heure de trajet, nous allons vraiment être en retard…

Arrivée à l’aéroport nous courrons pour l’embarquement, nous sommes vraiment en retard…

Certains diront que je suis chanceux sur ce coup là … l’avion est retardé (ouf). Je me poses cinq minutes, mange un bout avant de décoller pour trois heures de vol.

Après une arrivée en fanfare à quatre heure trente du matin en short et tee-shirt par une température de treize degrés Celsius…

Nous  trouvons enfin notre hostel (auberge de jeunesse) plutôt agréable avec sa chambre huit lits pour toute l’équipe.

Quelques heures de sommeil plus tard nous voilà levés, direction la Cité Interdite et la place Tien Anmen, première expérience dans le métro Chinois, je me sens tout de même observé principalement par les enfants mais pas que…

A la sortie je me retrouve dans la foule devant la Cité Interdite affichant un portrait géant de Mao, une horde de gardes sont présents, à l’opposé la place Tien Anmen s’étend à perte de vue.


Premier pas dans la Cité Interdite les dimensions sont gigantesques en hauteur comme en longueur comme en histoire, petit rappel :

La Cité Interdite est le palais impérial de Pékin dont la construction fut ordonnée par Yongle, septième empereur Ming, et réalisée entre 1407 et 1420. Ce palais, d’une envergure inégalée  s’étend sur une superficie de 720000 m².

Ce site monumental a plusieurs dénominations :

– Son nom complet est la « Cité pourpre interdite » (traduction du chinois Zǐjìn Chéng, 紫禁城), en référence à l’étoile nommée Zǐwēi Xīng (紫微星, la petite étoile violette) dans l’astronomie chinoise, c’est-à-dire l’étoile polaire de l’astronomie occidentale. En effet, comme le palais impérial se trouvait au centre de Pékin et représentait le centre administratif de l’État, on lui donna un nom évoquant l’étoile qui est au centre de la rotation du firmament céleste.

– Le nom le plus courant est « Cité interdite », qui vient du fait que son accès en était interdit au peuple à l’époque des grands empereurs chinois. Comme résidence de ces derniers, elle est devenue symbole d’interdit.

La beauté du lieu et les dimensions sont extravagantes, il nous faudra  près de deux heures pour la traverser, que nous passerons en ne prononçant que des onomatopées « wouah » en sera le résumé.

Je continue mon chemin dans les rues de Beijing à la recherche d’un lieu pour manger, traverse les avenues, puis les hutongs 胡同qui sont des passages étroits ( des ruelles ) principalement présents à Beijing, leurs dimensions dépassent rarement plus de 9 mètres de large, certains seulement 3 ou 4 mètres.

Après un repas typique et délicieux (poulet aux épices et cacahuètes avec ses petits légumes et sa bière Yanjing) je reprends ma route dans les ruelles.

Les odeurs,  les sonnettes des vélos, les cris des enfants,  les klaxons des scooters,  pas de doute je suis bien à Beijing.

J’arrive près d’un parc avec son étendue d’eau, où plusieurs personnes âgées pratiquent du sport avant d’aller nager (dans une eau qui parait plutôt froide), tandis que d’autres s’exercent  à des jeux qui  semblent  bien compliqués. Pendant que certains jouent au badminton ou bien à son ancêtre le dacau qui se joue avec un volant légèrement plus lourd et au pied… Pas facile du tout ! (pour les intéressés : www.dacau.net).

Enfin nous traversons un autre parc de nuit avant de rentrer à notre hostel, demain direction la grande muraille.


Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply

Name (required)

Email (required)

Website

Speak your mind