Dimanche c’est cinéma 2014°05

Au programme pour votre soirée cinéma du dimanche.

Côté cinéma, en hommage et souvenir vous pourrez regarder les films d’Alain Resnais bien entendu.

Hiroshima mon amour réalisé par Alain Renais : Une actrice se rend à Hiroshima pour tourner un film sur la paix. Elle y rencontre un Japonais qui devient son amant, mais aussi son confident. Il lui parle de sa vie et lui répète « Tu n’as rien vu à Hiroshima ». Elle lui parle de son adolescence à Nevers pendant la seconde guerre mondiale, de son amour pour un soldat allemand et de l’humiliation qu’elle a subie à la Libération.

Smoking/No Smoking réalisé par Alain Resnais : Adaptation de huit pièces d’Alan Ayckbourn (jamais représentées au théâtre) réunies en deux films de 2h20 chacun. L’histoire présente une série de personnages dans un petit village du Yorkshire interprétés par deux comédiens qui vont nous proposer plusieurs versions de leur vie. Réflexion sur le temps, ces deux films se complètent mais peuvent être vus dans l’ordre que choisira chaque spectateur.

Dans les derniers film sympatique, vous pourrez jeter un oeil à Rob the mob ou encore Sin City : A dame to kill for.

Rob the mob par Raymond de Felitta : New York, 1991. Tommy et Rosie s’aiment. S’ils ont commis quelques larcins par le passé, ils souhaitent aujourd’hui mener une vie normale. Mais la fascination de Tommy pour le monde du crime le rattrape lorsqu’il assiste au procès de Sammy « The Bull » Gravano, un ancien tueur de la mafia.

Sin City : A dame to kill for par Frank Miller et Robert Rodriguez : Dans une ville où la justice est impuissante, les plus désespérés réclament vengeance, et les criminels les plus impitoyables sont poursuivis par des milices. Marv se demande comment il a fait pour échouer au milieu d’un tas de cadavres. Johnny, jeune joueur sûr de lui, débarque à Sin City et ose affronter la plus redoutable crapule de la ville, le sénateur Roark. Dwight McCarthy vit son ultime face-à-face avec Ava Lord, la femme de ses rêves, mais aussi de ses cauchemars. De son côté, Nancy Callahan est dévastée par le suicide de John Hartigan qui, par son geste, a cherché à la protéger. Enragée et brisée par le chagrin, elle n’aspire plus qu’à assouvir sa soif de vengeance. Elle pourra compter sur Marv…
Tous vont se retrouver au célèbre Kadie’s Club Pecos de Sin City…

Enfin dans la veine cinéma indépendant internationale on m’a recommandé le délicat film japonais Nobody knows
Nobody knows par Hirokazu Koreeda : Quatre frères et soeurs vivent avec leur mère. L’ainé, Akira, s’occupe de ses jeunes frères et soeurs, chacun d’un père différent. Un matin d’hiver, leur mère disparaît et les enfants commencent à vivre seuls.

Pour les enfants j’ai rejeté un oeil au toujours aussi beau Voyage de Chihiro d’Hayao Miyazaki.

Le voyage de Chihiro par Hayao Miyazaki : Chihiro, dix ans, a tout d’une petite fille capricieuse. Elle s’apprête à emménager avec ses parents dans une nouvelle demeure. Sur la route, la petite famille se retrouve face à un immense bâtiment rouge au centre duquel s’ouvre un long tunnel. De l’autre côté du passage se dresse une ville fantôme. Les parents découvrent dans un restaurant désert de nombreux mets succulents et ne tardent pas à se jeter dessus. Ils se retrouvent alors transformés en cochons. Prise de panique, Chihiro s’enfuit et se dématérialise progressivement. L’énigmatique Haku se charge de lui expliquer le fonctionnement de l’univers dans lequel elle vient de pénétrer. Pour sauver ses parents, la fillette va devoir faire face à la terrible sorcière Yubaba, qui arbore les traits d’une harpie méphistophélique.Quant aux enfants un petit regard sur le très mignon Minuscule devrait être parfait.

Côté série, nouvelle petit série anglaise ultra courte (3 épisodes) qui vaut le détour c’est The driver.
The driver créée et écrite par Danny Brocklehurst et Jim Poyser : Chauffeur de taxi bouclant difficilement les fins de mois, Vince McKee accepte de devenir le chauffeur personnel d’un des plus grands criminels de la région.

Enfin pour les reportages, vous trouverez sur Arte en VOD plusieurs reportage plus qu’intéressant comme Evasion fiscale – le hold-up du siècle ou encore L’urgence de ralentir
Evasion fiscale – le hold-up du siècle réalisé par Xavier Harel : Imaginez un monde dans lequel vous pourriez choisir de payer ou non des impôts tout en continuant de bénéficier de services publics de qualité payés par les autres. Ce monde existe : c’est le nôtre. Aujourd’hui, les multinationales peuvent dégager des milliards d’euros de bénéfice sans s’acquitter du moindre euro d’impôt.

L’urgence de ralentir réalise par Philippe Borrel : Aux quatre coins de la planète des citoyens refusent de se soumettre aux diktats de l’urgence et de l’immédiateté, pour redonner sens au temps. En Europe, aux États-Unis, en Amérique Latine ou encore en Inde, Philippe Borrel est allé à la découverte d’initiatives, individuelles et collectives, qui proposent des alternatives basées sur d’autres paradigmes.

PS : Si vous avez vu des bon reportages ou films ce mois-ci n’hésitez pas à en faire part dans les commentaires !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *