J’ai écouté • Fever Ray – Plunge [2017] • Electronic, Pop/Rock, Synth-Pop

Pour une semaine mystique et sensuelle…

L’album de la semaine ιζ΄46 : Fever Ray – Plunge

Fever Ray - Plunge - Album

Fever Ray – Plunge [2017] Electronic, Pop/Rock, Synth-Pop

La chanteuse Fever Ray est apparue la première fois en 2009 avec un album éponyme. Karin Dreijer, suédoise d’origine, est surtout connue pour son groupe The Knife avec son frère Olof Dreijer. Son projet solo arrive après la naissance de son deuxième enfant et la fin de la promotion de l’album de The Knife, « Silent Shout » en 2006. Elle partage, dans son projet personnel, l’atmosphère électronique glacée de son groupe mais adopte une approche légèrement plus organique. Au début, il est un peu difficile de déterminer où The Knife se termine et Fever Ray commence. Pour les plus cinéphiles vous avez entendu son style musical dans le générique de la série Vikings.

L’artiste

Initialement, l’atmosphère sombre et glacée de l’artiste semble donc être la suite de The Knife. Cependant, Fever Ray se révèle plus sombre et plus intime que le groupe. Les pulsions fantasmagoriques The Knife sont généralement tempérées par des instincts plus pop. Avec Fever Ray, l’artiste renforce les ambiances inquiétantes avec des sonorités froides et synthétiques tout en écrivant des textes plus personnels.

Depuis le début, la musique solo de Karin Dreijer porte une charge surnaturelle : sa voix “pitché” et ses mouvements musicaux en quintes parallèles sont suffisants pour que les poils de vos bras se dressent, comme si vous veniez de voir un fantôme.

Nouvel album

En 2013, le groupe The Knife revient avec l’incroyable album « Shaking the Habitual ». 4 ans après ce dernier album du groupe et 7 ans après son premier album solo « Fever Ray », c’est à notre grande surprise et pour notre plus grand plaisir que sort son tout nouvel album « Plunge ».

Alors que sur son premier album « Fever Ray » racontait en grande partie la maternité et la recherche de soi à travers les forces élémentaires comme l’animisme, le feu, la neige… « Plunge » concentre toute son énergie sur l’amour et le désir. Vous serez surpris sur « To the Moon and Back », l’entendre crier: « Je veux faire courir mes doigts dans la chatte! » C’est direct, libidineux, voir scandaleux ? On est face, ici, à un un album beaucoup plus conflictuel que le précédent travail solo de l’artiste. Si Fever Ray se distinguait par sa pénombre glacé, cet album replace la chaleur et la lumière de son alias Fever = Fièvre.

Côté sonore, l’électronique est toujours pleine de mystère propre à son univers. Il est difficile de rester de marbre lorsqu’on écoute l’artiste. L’album est dur et souvent dissonant, sa voix ne se cache plus derrière un pitch élevé, ici, il est aiguisé pour mieux souligner ses étranges dictions syllabiques.

Le résultat

Sur ce second album « Plunge », Fever Ray parle de transformation et partage sa vision de la liberté : l’amour.

Les arpèges, les paroles pleines d’espoir s’étendent dans le temps à propos de famille et de maternité mais tout se termine sur une image sans ambiguïté sur cette dernière piste « La dernière pièce du puzzle / Cette petite chose appelée amour ».

Un album différent mais tout aussi magnifique que le précédent de par sa force.

> Website
> Soundcloud
> Facebook
> Twitter
> Youtube
> Discogs
> Label : Rabid Records

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *