Généalogie de la morale – Nietzsche

Un passage de ma dernière lecture..

En même temps : qui pourrait dorénavant reprocher aux agnostiques, adorateurs de l’inconnu et du mystère en soi, de vénérer comme Dieu le point d’interrogation en soi ? A supposer que tout ce que l’homme « connaît » ne satisfasse pas ses désirs, les contredise plutôt et les effraie, quelle divine échappatoire que de pouvoir chercher la faute non pas dans les « désirs » mais dans la « connaissance » !…

Pour un peu plus de détail : Une histoire généalogique de la morale, de nos  » préjugés moraux « , tel est le projet auquel s’attelle Nietzsche (1844-1900) dans La Généalogie de la morale (1887), un de ses livres les plus importants et les plus célèbres, rédigé à la suite de Par-delà le bien et le mal. Ce que Nietzsche offre au lecteur qu’il appelle de ses voeux, ce lecteur capable de  » rumination « , ce sont les moyens de s’affranchir de l’idéal ascétique qui, de la religion, a gagné l’art et la science, pour pouvoir ainsi surmonter le nihilisme contemporain.

Généalogie de la morale par Friedrich Nietzche en 1887.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *